Choisir et déclarer son médecin traitant

Le médecin traitant effectue le suivi de son patient tout au long du parcours de soins. Il s’agit pour lui de :

    • Tenir le dossier médical de celui-ci. Dans le cas où ce dernier est passé par d’autres praticiens, il appartient au médecin traitant de regrouper les avis et résultats concernant ces interventions.

  • Mettre en place une prévention adaptée, mais aussi le protocole de soins requis pour les personnes souffrant d’un mal chronique. Il guide aussi les patients vers des spécialistes si nécessaire.

Critères de choix et modalités de déclaration

Le médecin traitant doit être désigné personnellement. Par contre, il n’existe pas de restrictions spécifiques concernant cette nomination : qu’il soit généraliste ou spécialiste, travaille dans un cabinet particulier ou une institution, qu’il exerce dans un centre de santé 92 près de chez vous ou dans une ville située plus loin, aucun problème. Il doit seulement être répertorié par le conseil de l’Ordre.

La déclaration se fait en remplissant avec lui le formulaire correspondant (n°S3704), puis en envoyant ce document à votre Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM). Il est également possible d’effectuer la démarche en ligne en passant par l’Espace pro du médecin, en utilisant votre carte vitale et sa carte CPS.

Si vous souhaitez changer de médecin traitant pour une raison ou une autre, il suffit de reprendre la procédure de déclaration sans être obligé d’informer l’ancien soignant.

Pourquoi déclarer un médecin traitant ?

La loi oblige toute personne âgée de plus de 16 ans bénéficiant d’une assurance sociale, d’avoir un médecin traitant. Ce dernier assure le suivi du parcours de soins établi par la Sécurité sociale. Par conséquent, une personne qui n’a pas déclaré un médecin traitant ne sera pas correctement remboursée. C’est valable aussi bien pour la sécurité sociale que les mutuelles. En effet, ces dernières ne rembourseront pas le ticket modérateur (différence entre le montant des soins et celui remboursé par la Sécurité sociale) des assurés qui ne respectent pas ce parcours de soins. Ainsi, même si vous avez bénéficié de soins dans un centre de santé 92 qui accepte généralement la Carte vitale, vous risquez de ne pas être remboursé en l’absence d’un médecin traitant dûment déclaré.